24 février 2009

TRACT - INFORMATION SUR LE MOUVEMENT

Education en danger, les étudiants contre-attaquent

Nous entrons dans la quatrième semaine de mobilisation des universités françaises. Durant cette période, des manifestations se sont multipliées et ont réuni le mardi 10 février plus de 100.000 personnes dans l’ensemble du pays. Ici à l’université de Marne-La-Vallée, la mobilisation s’amplifie également : assemblées générales, comités de mobilisation ; enseignants chercheurs et personnels administratifs en grève et dans la rue. Ce n’est qu’un début !

Contre la casse de l’enseignement et du service public

Les différentes réformes lancées par le gouvernement ces derniers mois touchent aujourd’hui de plein fouet l’enseignement supérieur, la recherche et plus généralement l’ensemble de l’éducation publique.  80 000 postes supprimés sur 5 ans pour le primaire et le secondaire, les moyens toujours plus indigents alloués aux écoles, aux universités et à la recherche ne sont que quelques aspects de cette politique globale de casse de l’éducation et des service publics que le gouvernement entend nous imposer. La suppression de 1090 postes d’enseignants-chercheurs est prévue rien que pour cette année à venir. Dans nos universités la précarité prévaut de plus en plus pour les personnels administratifs, BIATOSS, engagés en contrats précaires (parfois même en dessous du SMIC !).

Contre la précarité chez les étudiants

La précarité chez les étudiants, elle aussi, n’a fait qu’augmenter ces dernières années alors que c’est à ce jour près de 75% des étudiants qui doivent travailler à côté de leurs études. Les augmentations des tarifs d’inscription amenées par la loi sur l’autonomie financière des universités (LRU.) sont déjà évoquées à court terme par certaines universités, autour de 1000 jusqu’à 3000€ l’année. Seule une minorité de la population pourra bientôt se payer de telles études. Ajouter à cela le démantèlement du CROUS, la situation déplorable des logements étudiants (1/3 des étudiants peinent à trouver un logement), ainsi qu’une baisse des bourses : autant de raisons de se mobiliser et de lutter !

Contre la dégradation des conditions d’enseignement et d’étude

Depuis décembre déjà, des enseignants-chercheurs et personnels des universités, en grève reconductible pour certains, se mobilisent pour faire reculer le gouvernement. De nombreuses AG, des prises de positions publiques dénoncent le caractère destructeur des différents décrets visant pour certains le statut même de l’enseignant, et plus largement du fonctionnaire (décret du statut des enseignants-chercheurs, réformes des concours, du contrat doctoral unique etc.). Les étudiants eux aussi sont violemment frappés par ces réformes, notamment celles des concours (dit de masterisation) qui, en plus de supprimer le caractère national du concours de l’enseignement, préfère le rendre inaccessible avant le Bac +5, tout en le vidant de son contenu et de sa formation pratique – rémunéré.

  • Nous affirmons bien évidemment notre soutien incompressible aux enseignants-chercheurs ainsi qu’aux personnels BIATOSS sur l’ensemble de leurs revendications (retrait des décrets, titularisations de tous les personnels des universités et pas de salaires nets en dessous de 1500€)
  • Nous luttons pour l’abrogation de la LRU
  • Pour un cadrage national des diplômes
  • Pour un financement 100% public des universités
  • Pour un élargissement des accès aux bourses et une augmentation significative de leur montant

L’Assemblée Générale des étudiants, pour toutes ces raisons et d’autres encore, s’est prononcée pour la grève étudiante à effet immédiat afin de s’organiser contre ces multiples attaques. Pour cela, nous appelons à une grève reconductible et active, à la tenue d’AG souveraines,  et à la mise en œuvre de tous les modes de mobilisation appropriés (piquets de grève, diffusion de tracts, activités à l’extérieur de la fac etc.)

Posté par umlvavenir à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur TRACT - INFORMATION SUR LE MOUVEMENT

Nouveau commentaire